Maman, Hélène Delforge (textes) et Quentin Gréban (illustrations)

« Maman.
Un des premiers mots du monde.
Un nom unique, porté par des milliards de femmes.
Un mot pour dire l’amour, la tendresse, le lien, parfois le manque.
Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants.
Pourtant, sur tous les continents,
lorsqu’elles prennent leur bébé dans les bras,
les mamans se ressemblent. »

Comment ne pas vous parler de cet album ? D’autant qu’il paraît peu de temps avant la fête des mères et qu’il fait un très beau cadeau. Lire la suite de « Maman, Hélène Delforge (textes) et Quentin Gréban (illustrations) »

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, Kochka (d’après Selma Lagerlöff) & Olivier Latyk

1507-1Nils Holgersson est un petit garçon qui ne pense qu’à dormir, manger et jouer de mauvais tours. Il vit dans la ferme de ses parents et aime particulièrement persécuter les animaux. Un jour où ses parents le laisse seul, Nils rencontre un lutin qui, pour le punir de sa méchanceté, le rétrécit, ce qui lui donne la capacité de parler avec les animaux. Ce jour là, un jars de la ferme décide d’accompagner un groupe d’oies sauvages dans leur voyage à travers la Suède. Dans sa tentative pour le retenir, Nils s’envole avec lui et traverse la Suède… Lire la suite de « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, Kochka (d’après Selma Lagerlöff) & Olivier Latyk »

Même les princesses pètent, Ilan Brenman (texte) et Magali le Huche (illustrations)

501 MEME LES PRINCESSES PETENT[BD].inddLaura rentre excitée de l’école, car une question la tracasse. Aujourd’hui, ses copains ont dit que les princesses sont des péteuses et le doute s’est ainsi semé dans l’esprit de la petite fille. Elle pose alors une question embarrassante à son papa : « Est-ce que les princesses font des prouts ? » Ce dernier s’en va et revient avec un vieux livre qui contient les secrets des princesses… Lire la suite de « Même les princesses pètent, Ilan Brenman (texte) et Magali le Huche (illustrations) »

« Le Fantôme de Canterville » d’Oscar Wilde illustré par Barbara Brun

0

Mr. Otis, riche ministre Américain, s’installe dans un vieux manoir en Angleterre, avec sa famille. Les anciens propriétaires prétendent qu’il est hanté par un dénommé Sir Simon. Les Américains n’en croient pas un mot et prennent possession des lieux sans se soucier de ce fantôme.

Pourtant, ce dernier est bien décidé à les terroriser et met tout en place pour leur faire peur. il a beau utiliser toutes les recettes classiques de l’épouvante, la famille s’en moque. Petit à petit la situation s’inverse et c’est le fantôme qui commence à être effrayé par cette étrange famille…

Editions : Marmaille et Compagnie  ♦ Date de parution : 8 août 2014 ♦ Nombre de page : 70 p. ♦ Prix : 20€

Le Fantôme de Canterville (The Canterville Ghost), est une nouvelle d’Oscar Wilde publiée en 1887. Depuis, elle a été maintes fois rééditée et adaptée. Ici, nous avons une version intégrale illustrée par Barbara Brun, ce qui donne un peu de piment au texte et permet d’initier les enfants à la littérature fantastique ou tout simplement à un classique de la littérature anglaise…

3

Lorsque M. Otis, le ministre d’Amérique, acquiert Canterville-Chase, « tout le monde lui dit qu’il faisait là une très grands sottise car on ne doutait aucunement que la maison fût hanté… » Pourtant, il prend « l’ameublement et le fantôme sur inventaire » et quelques semaines plus tard le voilà installé avec sa famille.

4

Après quelques crissements de chaînes et hurlements à vous glacer le sang, il faut se rendre à l’évidence : le lieu est bel et bien hanté par un fantôme de plus de trois siècles qui a rendu fous de terreurs plusieurs générations. Mais c’est sans compter sur la famille du ministre qui est bien décidée à ne pas se laisser terroriser…

Cette nouvelle étrange, frissonnante, mais portant drôle, nous embarque dans une histoire à rendre fou le plus coriace des fantômes. Le tout est ponctué d’illustrations absolument sublimes qui ne peuvent que plaire aux petits comme aux grands. Ce qui fait s’ajoute à la qualité de l’album ce sont les illustrations aux couleurs chaudes en pleine page et même en doubles page.

5

Enfin, en allant jusqu’aux dernières pages de cet ouvrage, on découvre les « Archives de Canterville » avec « les coulisses dans le carnet de Barbara Brun » mais aussi quelques publicités qui pourraient s’avérer bien utiles si, vous aussi, vous avez des chaînes à graisser…

6

Un album à lire et à regarder afin de (re)découvrir cette nouvelle signée de la plume d’Oscar Wilde !

7

« Le Noël de Marguerite » d’India Desjardins et Pascal Blanchet

9782

Une dame âgée a renoncé aux fêtes de Noël. Elle  préfère désormais rester bien confortablement chez elle. Ainsi, elle ne risque pas de s’exposer à tous les dangers comme glisser sur un trottoir glacé, attraper la grippe ou se faire attaquer par un brigand. Au moment où elle s’apprête à prendre un repas bien tranquillement assise devant sa télévision, on sonne à sa porte…

Editions : La Pastèque  Date de parution : 28 novembre 2014 ♦ Nombre de page : 72 p. ♦ Prix : 16,40 €

Marguerite est une vieille dame qui s’isole de sa famille. Cependant, elle ne semble pas malheureuse et son problème réside dans le fait a tellement peur des dangers, qu’elle préfère rester chez elle en permanence. Elle va même jusqu’à garder constamment ses pantoufles antidérapant (au cas où elle glisserait et que ses enfants ne découvriraient sa chute que trop tard) qui l’incommode.

TELEPHONE 006

Le soir de Noël, on sonne à la porte. Terrifié à l’idée que ce soit un voleur, elle ne veut pas ouvrir… et pourtant, ce n’est qu’une famille dont la voiture est tombée en panne. Cette famille lui fera voir la vie différemment…

TELEPHONE 005

La plume d’India Desjardins et les illustrations de Pascal Blanchet se complètent parfaitement et nous offrent un conte de Noël sur la vieillesse, les deuils successifs et la conscience de sa propre fin. Sans être pathétique, cet album montre la solitude dans laquelle de nombreuses personnes âgées sont plongées.

TELEPHONE 004

En lisant ce livre, nous sommes plongés dans un univers quelque peu mélancolique, sans tomber dans le mélodrame. Évidemment, il est impossible d’éprouver du plaisir en voyant l’héroïne passer Noël seule, mais c’est elle qui en a décidé ainsi. On n’éprouve donc pas de pitié pour Marguerite et on s’y attache…

TELEPHONE 002

Cet album est aussi bien pour les petits que pour les grands. Les illustrations sont sobres, un peu « vintage » et aussi douce que le texte. Et, au final, c’est histoire particulièrement touchante qui nous est contée.