Le club des pendus, Tony Parsons

Dans le Londres contemporain, quelques individus décident de faire justice eux-mêmes en rétablissant la peine capitale. Leur modèle ? Le célèbre bourreau anglais Albert Pierrepoint qui officia dans de nombreuses pendaisons durant le XXème siècle. Comme lui, les membres de l’étrange club pendent leurs victimes. Afin de punir ceux qui ont échappé au système judiciaire, ils ne se contentent pas de les exécuter discrètement : ils diffusent les vidéos de chaque sentence avant de se débarrasser des corps. Scrupuleux de respecter la loi et de la faire respecter, l’enquêteur Max Wolfe se lance sur les traces de ces nouveaux bourreaux. Pourtant, cette enquête et d’autres évènements mettent à mal sa propre vision de la justice.

Un roman policier riche en dialogues qui puise sa force non pas dans la profondeur de ses personnages ni dans la difficulté de l’enquête, mais dans l’interrogation sous-jacente : quelle est la légitimité de la justice ? Est-elle vraiment là où nous le croyons ? Quand la réponse de la justice n’est pas à la hauteur du crime commis, peut-on condamner soi-même le coupable ?

Le club des pendus n’apporte pas forcément de réponse, mais interroge avec justesse la société et la justice.


Editions : De la Martinière  ♦ Traduit de l’anglais par : Anne Renon ♦ Collection : Littérature ♦ Date de parution : 21 septembre 2017 ♦ Nombre de pages : 336 p. ♦ Prix : 21,00€ ♦ Présentation de l’éditeur

Les complicités involontaires, Nathalie Bauer

Corinne est psychiatre. Quand Zoé arrive dans son cabinet, la quinquagénaire reconnaît une ancienne amie. Alors que Corinne désire l’adresser à un confrère pour ne pas enfreindre les règles de la profession, Zoé lui avoue souffrir d’amnésie. Faisant fi du bon sens, la psychiatre accède finalement à la demande de sa patiente et ignore leur passé commun. C’est l’occasion pour elle de se replonger dans son propre passé, d’analyser sa vie et ses déceptions. Lire la suite de « Les complicités involontaires, Nathalie Bauer »

Ma reine, Jean-Baptiste Andrea

Shell est différent des autres enfants et ne parvient pas à trouver sa place. Un jour, il décide de partir faire la guerre afin d’échapper à son destin et de prouver qu’il peut devenir un homme. Mais là où il va, la guerre n’est pas là. A la place, il nous entraîne dans son monde, dans sa vérité. Rêve ou réalité ? Quoi qu’il en soit, Shell rencontre la belle Viviane. Il en fait sa reine, mais le temps passe et les deux amis grandissent…

Un récit très cinématographique et tout en douceur. Il est, sans nul doute poétique, et aurait pu être poignant. Pourtant il n’en est rien, car si l’auteur parvient à éviter les mièvreries, l’ensemble laisse une sensation de froideur, de distance.

Présentation de l’éditeur

La salle de bal, Anna Hope

Bien que les hommes et les femmes vivent séparément, Ella et John se rencontrent dans l’asile psychiatrique de Sharston. Brimades, violences et travaillent sont le quotidien de ces deux personnages internés contre leur gré. Pourtant, chaque vendredi, ils peuvent se retrouver dans la salle de bal et danser ensemble. Mais c’est sans compter l’ambition du docteur Fuller, ambition qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.

La salle de bal, récit aussi sombre que tragique, nous parle de la réalité des asiles du XXème siècle mais aussi du désir de liberté. L’amour qui naît entre Ella et John apporte un peu de douceur au quotidien brutal qu’ils connaissent.

Un roman mené avec brio par la plume sensible et documentée d’Anna Hope, cependant l’histoire est trop prévisible.

Présentation de l’éditeur

Demain il sera trop tard, Jean-Christophe Tixier

Dans une société où chacun connaît sa durée de vie, tout le monde vit selon son Terme. Certains sont promis à de brillants avenirs quand d’autres sont condamnés à vivre dans la pauvreté. Les Longs Termes ont toujours droit au meilleur et ne remettent pas le système en question. Pour eux, il est normal que ceux qui vivront longtemps aient accès aux meilleures études afin d’exercer les métiers les plus gratifiants. Les Moyens Termes sont entre deux eaux : ni riches, ni pauvres, ils vivent dans d’assez bonnes conditions. Les Courts Termes, en plus de vivre dans ce qui ressemble à des bidonvilles, sont sans cesse contrôlés et rabaissés. Traités comme des moins que rien, ils exercent les basses besognent et subissent en silence la tyrannie du Term-test. Cependant, des Longs Termes commencent à disparaître… Ceux qui remettent en question le fonctionnement de la société, vont profiter de ces disparitions pour prendre la parole et mettre en marche une révolution. Lire la suite de « Demain il sera trop tard, Jean-Christophe Tixier »

Une histoire des abeilles, Maja Lunde

Trois époques, trois histoires, trois personnages. Ils ne se croiseront pas mais leurs vies sont liées car le destin de chacun est impacté par la présence – ou l’absence – des abeilles. Cependant, Une histoire des abeilles n’est pas seulement un triptyque écologiste, alarmant et sans doute visionnaire, c’est aussi un roman qui parle de l’amour filial.

Un récit très bien mené et nécessaire.

Présentation de l’éditeur

Linea Nigra, Sophie Adriansen

Quand Stéphanie rencontre Luc, elle éprouve des difficultés à lâcher prise, elle peine à le laisser entrer dans son coeur. Elle doute, se pose des questions. Pourtant, rapidement, l’amour naît, Luc parvient à se faire une place et Stéphanie tombe enceinte. Bientôt mère, elle se pose encore plus de questions et se renseigne. Au fil des ses apprentissages elle évolue, apprend à mieux appréhender l’accouchement, prend des décisions et s’émancipe. Et puis, il y a l’accouchement. Stéphanie donne la vie, mais tout ne se passe pas comme elle l’espérait et elle continue de s’interroger. A quel moment devient-on mère ? Comment le devient-on ? Lire la suite de « Linea Nigra, Sophie Adriansen »

Un jour, tu raconteras cette histoire, Joyce Maynard

Lorsque Joyce rencontre Jim, ils ont presque soixante ans.

Divorcée depuis ses trente-cinq ans, Joyce a toujours rêvé de fonder une famille, sans jamais y parvenir. Avec Un jour, tu raconteras cette histoire, c’est ce qu’elle nous raconte. Elle nous parle de l’avant Jim et de l’après. Lire la suite de « Un jour, tu raconteras cette histoire, Joyce Maynard »

Gary Cook : Le pont des Oubliés, Romain Quinot et Antoine Jaunin

.Alors que la Terre est condamnée, Gary Cook vit sous le pont des Oubliés. Lui et ses amis, Max et Elliott, partent chaque jour en mer à bord de leur bateau de pêche, le Neptune. Les trois adolescents espèrent de meilleures prises, mais doivent se contenter de leurs petits butins. Lorsqu’ils apprennent qu’une dernière navette va fuir dans l’espace, leur rêve d’une vie plus paisible ressurgit. Cependant, Gary Cook est naïf et craintif. N’ayant aucune confiance en lui, il ne compte pas participer à la terrible course fantôme qui pourrait changer son avenir. Pourtant, Gray n’auras d’autre choix que d’y participer… Lire la suite de « Gary Cook : Le pont des Oubliés, Romain Quinot et Antoine Jaunin »